Rupture du ligament croisé antérieur

      Hantise du sportif de haut niveau, les lésions du croisé antérieur viennnent souvent mettre un coup d'arrêt à la saison sportive. Ces lésions se produisent dans un contexte de traumatisme sportif de type entorse. Le patient ressent la plupart du temps un craquement ou claquement. Peu à peu, son genou gonfle et une impotence fonctionnelle associée à une douleur se mettent en place. La radiographie réalisée est en générale normale. 

        Les sports les plus pourvoyeurs de lésions sont les sports pivots & pivots contact  (football, rugby, ski...). Contrairement aux idées reçues, opérer une rupture du ligament croisé antérieur n'est pas une urgence. En revanche il est important de débuter la rééducation dès sédation de la douleur afin de conserver une bonne trophicité musculaire et une extension complète du genou. 

En cas de rupture du ligament croisé antérieur, la chirurgie s'impose chez les sujets et/ou sportifs. elle repose sur la reconstruction d'un néoligament à partir d'un transplant prélevé sur le patient lui-même. Il existe deux techniques référentes utilisées au sein de l'institut: 

- Kenneth Jones avec prélèvement d'une partie du ligament patellaire

- DIDT avec prélèvement des tendons des Ischio-Jambiers.

        D'un point de vue pratique, l'intervention peut se dérouler en ambulatoire. La marche est autorisée dès le lendemain de l'intervention sous couvert d'une attelle articulée qui limitera la flexion du genou à 90° les six premières semaines.

Le protocole de rééducation adapté et détaillé qui vous sera donné sera débuté d'emblée.